En thérapie de couple, au centre canin

6 avril 2018

C’est effectivement un bel exercice d’amoureux, que de se présenter aux leçons d’éducation canine ensemble, en couple.

« Dans le gymnase, durant les leçons, les couples vivent parfois de la bisbille face à leur adoré canidé ».

…Disons, avec des gants blancs montés jusqu’aux coudes, que ça met à l’épreuve le travail d’équipe.

 

Aujourd’hui j’aborderai, dans mon billet, le délicat sujet des divergences face au chien, au sein du couple. Chaque jour, je donne des cours d’éducation ou de résolution comportementale canine. Parfois, je dois dire que j’utilise également mes notions d’éducatrice spécialisée en faisant un brin de médiation douce, entre les membres de certaines familles. Rapidement, et souvent la dynamique familiale ou de couple est représentée à travers les exercices que nous faisons. Aussi, quand je demande à mes clients, en arrivant au gymnase : raconter moi votre semaine, comment cela a été avec COCO ?

Avec cette question, la majeure partie du temps : TADAMMM ! j’ai les versions de chacun. Oui oui, les versions.  C’est souvent tout ce dont j’ai besoin pour établir mon plan de match final, après l’évaluation du chien bien sûr !

 

Tout comme pour les enfants, le sujet de l’éducation de notre chien est souvent lié à nos valeurs. L’amour que l’on porte envers notre chien nous pousse parfois à mal intervenir auprès de lui. Si l’un des conjoints se rend compte que ses mauvaises interventions empirent la situation avec Coco, c’est aux cours d’éducation que le « chat sort du sac ».

 

Elles ne sont pas rares les fois, où le ton monte d’un cran, par rapport au mauvais comportement de Coco. Certaines fois, il y a des comptes qui se règlent à même le gym, la laisse à la main, la sueur au front. Les parents de chien sont responsables de l’éducation de leur chien, et de ce fait, se mettent une énorme pression quand ils viennent au centre canin.

 

Malheureusement pour eux, c’est un excellent endroit pour que leur chien perde totalement le focus dès la première patte à l’intérieur de nos locaux.

 

Pourquoi ??

 

C’est le bonheur olfactif pour lui. Au loin, gambadent ses congénères, les sons nouveaux ou la superbe toiletteuse qui accueille Coco avec des poumons de bœuf en guise de gâterie …. Tout pour perdre la carte de bonheur. Donc, il y a souvent beaucoup plus intéressant à explorer, que de vous écouter et de répondre à vos demandes. Souvent les joues des parents de chien rougissent à force de contenir leurs frustrations envers Coco, qui n’en fait qu’à sa tête.

 

Un exemple concret, en entrant dans le gym :

 

Monsieur : « Pu capable de coco, il jappe sans arrêt, je lui dis « NON » il n’écoute rien et madame le prend dans ses bras et le berce doucement ».

 

Madame : « Comme il vous l’a dit, il n’est plus capable, et je crois que coco le ressent.  C’est vrai, Coco parle beaucoup, mais je crois qu’il est dominant et me protège. Je n’arrête pas de dire à mon mari d’arrêter de crier après Coco, c’est encore un bébé. »

 

Bon, c’est évidemment c’est une dramatisation à la Massé, mais nous ne sommes pas si loin de la réalité.  Parfois, je vois Coco bâiller ou se secouer à plusieurs reprises durant les accrochages de ses tuteurs. En langage d’humain, en gros, ça veut dire que l’animal essaie de s’apaiser.

 

Personnellement ça me donne des pistes d’interventions, et vous ?

 

Votre chien vous entend, il vous voit et décortique vos mouvements. Si vous n’êtes pas constant et que vous n’agissez pas en duo face à Coco, il va mener le bal à sa façon.

 

À travers mes observations des membres de la famille, je décide la méthode de travail à appliquer à la maison. La plupart du temps, quand il y a plus d’une personne dans maisonnée ou réside un Coco, le devoir de la première semaine, se situe principalement sur l’ajustement des flûtes familiales. Il est si important que la cohésion familiale soit en place pour bien éduquer notre chien.

 

Une problématique que je croise fréquemment lors de mes cours, est la différence entre la façon d’éduquer le chien au sein du couple. Cela peut paraître banal de l’extérieur, mais bien au contraire, ce même désaccord éducationnel, peut lui-même, perturber ou influencer le comportement de votre animal.

 

Dans cette optique, plusieurs de vos agissements peuvent déclencher ou accentuer certains comportements déplacés de la part de Coco justement.

 

En voici quelques exemples courants : 

 

Le manque de rigueur, le manque de constance éducationnelle, le manque d’affection en sont des exemples. La peur d’un ou plusieurs membres de la famille, le manque d’exercice, ou de stimulation cognitive, l’ennuie en générale (chien laissé de côté, carences occupationnelles)…

 

Le manque d’affinité de la part d’un ou de plusieurs membres de la famille envers le chien ou vice versa, est un problème à ne pas négliger.  Par exemple un nouveau couple, ou l’une des parties à un chien, mais que l’autre déteste les canidés…. Huston : On a un problème.

 

Plus la cellule familiale est grande, plus la rigueur et les procédures à suivre pour éduquer notre chien doivent être claires. Je vous suggère fortement, avant d’adopter un chien, de vous consulter en termes de famille ou de couple sur les différentes méthodes d’éducation canine et celles que vous allez appliquer ensemble et en équipe. Ne l’oubliez pas, adopter un chien est un travail qui demande de la rigueur.

Il est important que vous soyez tous, à la maison, à l’écoute du non verbal de votre chien. C’est la base pour communiquer avec lui. Pour cela, encore faut-il le connaître et le reconnaître. Une fois cette partie démystifiée, tout devrait rentrer dans l’ordre. Quand votre chien se sent compris, il est beaucoup plus porté à coopérer au quotidien. Tous les membres de la famille devraient être présents au cours du langage canin.

 

Ensuite il y a les écoles de pensées divergentes. Les différentes techniques d’éducation canine et le pourquoi choisir le renforcement positif. Choisir un cours chez Planète Hollywouf, c’est choisir de travailler en renforcement positif, dans la joie et la bonne humeur ! Dans le cas précis où les clients hésitent sur la technique du renforcement positif, il y a des preuves simples à démontrer afin de créer une ouverture face à cette technique. Les gens sceptiques sont souvent les hommes. Messieurs, je ne vous juge pas, je rapporte simplement mes observations et les statistiques sont à l’appui. Les hommes ont parfois tendance à imposer une fermeté plutôt débordante, si je puis me permettre. Que ce soit par la posture, le ton, le timbre de la voix ou simplement par le regard, votre chien vous lit, ne l’oubliez pas. Oui, il décode chaque micro mouvements de votre corps pour comprendre vos messages. Quelques fois l’ignorance intentionnelle est la solution, ne pas l’oublier messieurs. Passez son chemin, ou tourner le dos, sont beaucoup mieux que d’essayer de faire comprendre le sens du mot « NON » à Coco.

 

Parlant d’ignorance, les femmes ont plus de difficulté au niveau des demandes d’attention de leur adoré. Quand le chien de la famille veut obtenir quelques choses ou simplement de l’attention, il sait pertinemment qui aller voir…. On se reconnaît ? Pour certains petits privilèges, c’est génial pour le lien, mais il ne faut pas prendre coco dans les bras comme un bébé. Mesdames, encore moins quand il vous gratte les jambes en pleurnichant. On essaie de résister fermement aux petits yeux de merlan frit de votre chien, pour vous assurer une meilleure alliance future.

 

En conclusion, avec mes observations et mon expérience en termes de comportementaliste canin voici mon principal conseil :

 

  • Prenez le temps de vous asseoir et de réfléchir au plan de match pour votre Coco. Rien de mieux qu’une famille équilibrée pour un chien équilibré. Si vos commandes et vos demandes sont claires envers votre animal de compagnie et que tout le monde à la maison parle le bon langage canin, je ne vois pas pourquoi l’harmonie ne serait pas au rendez-vous.
  • Commencez par le commencement et rédiger en famille une liste de 10 mots clés que vous utiliserez tous avec les mêmes intentions envers Coco. Déjà il sera moins désorienté face à votre langage verbal.
  • Ensuite éliminez collectivement le mot : « NON » de votre langage et remplacer le par votre ignorance.
  • Dernièrement, venez en famille au cours d’éducation canin, vous en serez tous gagnants.

  « Il arrive que je tranche dans les conflits en apportant mon opinion qui est complètement objective puisque je parle en termes du bien-être de l’animal. Je ne prends pas parti ni pour l’un ni pour l’autre …moi, je prends toujours pour le chien !!! »

 

 Hollywoufement vôtre

 

 

                   Crédit photo: mariemarinephotographie.com

 

 

Vôtre #CoachAurélie

 

Ce texte a est paru dans l'édition juin/juillet du Magazine Passion Animaux.

 

Pour contacter Aurélie ou prendre rendez-vous avec elle, visitez notre site de réservation en ligne ou contactez-nous au 450-286-0186

Retour à la liste